« Mais que l’on plonge la main dans le miroir, que l’on remue cette eau et l’ombre des oiseaux et celle des fruits se mêlent. » 

Yves Bonnefoy,  « Les raisins de Xeuxis » in  « La Vie errante »