Mais que l’on plonge la main dans le miroir, que l’on remue cette eau et l’ombre des oiseaux et celle des fruits se mêlent.

Yves Bonnefoy,  Les raisins de Xeuxis in  La Vie errante